Utilisées par les industriels comme argument marketing, les affirmations « sans » ou « hypoallergénique » sont interdites depuis le mois de juillet. Explications.

allegations-produits-cosmétiques

© viperagp – Adobe Stock

 

L’Autorité

Sans silicones, sans sulfates, sans phtalates, sans phénoxyéthanol, sans parabène… Que ce soit sur vos gels douches, sur vos crèmes hydratantes ou encore sur vos déodorants, les arguments marketing squattent vos produits cosmétiques quotidien depuis de nombreuses années.

Mais début juillet, l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (l’ARPP) a modifié sa réglementation en publiant une version 8 de sa « recommandation produits cosmétiques ». En reprenant les dispositions prévues par la commission européenne de 2017, ces dernières consistent à interdire les allégations « sans ».

En effet, un règlement européen de 2013 avait établi six critères communs auxquels les déclarations « sans »  devaient être interdites quand l’affirmation ne peut être assurée. Pour l’exemple, un produit « sans substances allergène » doit comporter une absence totale de risque pour être annotée. Même principe pour les « sans » qui peuvent sous-entendre une perception négative de l’ingrédient.

Toutefois, certaines allégations restent autorisées…

Le consommateur avant tout

Lorsqu’elles peuvent apporter un réel bénéfice pour le client, certaines énonciations peuvent être cependant tolérées. Par exemple, les « sans ingrédients d’origine animale » pour les personnes sensibles aux bien-être animal, les « sans huiles essentielles » pour les femmes enceintes ou les « sans acétone » dans la composition des vernis à ongles peuvent être importantes pour le consommateur.

Voir cette publication sur Instagram

Le shampooing des mamans, des bambins, mais également de toute la famille ! 🌱 #sanshuilesessentielles #sochamps #shampoingsolide

Une publication partagée par SO CHAMPS Shampoings solides (@so_champs) le

Une nouvelle réglementation qui pousse les différentes marques de produits cosmétiques à informer de manière plus distincte les futurs acheteurs. Pour la FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté), cette évolution permettra au consommateur de savoir ce qu’il y a dans le produit cosmétique qu’ils achètent et non pas de qu’on y a enlevé.

Version française

Et dans l’hexagone, comment sont contrôlés les produits cosmétiques ? Assuré conjointement par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), le contrôle du marché permet la constante vérification des obligations applicables prévues par les textes, la vérification des conditions de fabrication et la réalisation de contrôles en laboratoire.

Actu Karis - Produits cosmétiques

© Ildar Abulkhanov – Adobe Stock

En savoir +

La monde des cosmétiques vous plait ? Avec l’école Karis Formation, vous avez la possibilité de vous former à distance et de faire de votre passion un métier. Nos formations en Esthétique vous offrent de nombreux outils pédagogique et un suivi personnalisé de qualité par nos experts du secteur.

Formulez une demande de documentation gratuite pour en savoir davantage. Un conseiller de l’école vous contactera en retour et pourra répondre à toutes vos questions.

A vous de jouer !

Votre 1er cours offert pour toute demande d'info

smiley
REUSSITE
Diplômé ou
100% remboursé
pour toutes nos
préparations aux examens *

flexibilite
FLEXIBILITE
• Avec ou sans BAC
• Inscription toute l’année
• Formations à votre rythme
où que vous soyez

reussite
FNEP
Fédération Nationale
de
l’Enseignement privé

reussite
ALTERNANCE
Préparez
votre examen
en formation rémunérée
grâce à l’alternance